Histoires de sexe

Histoires de sexe écrites par des clients

Mon beau rebeu Aziz
Histoire gay publiée le 27/11/2019
Salut les mecs. Mon beau rebeu Aziz est allé chercher ses affaires pour s'installer chez moi, il revient le soir alors que je suis sous la douche. Il est trempé. J'entends la porte claquer et sors de la douche une serviette sur ma taille. Il tremble, il a surement attrapé froid et a sa tête des mauvais jours. Sans un mot, je viens vers lui, lui dépose un baiser dans le cou et en le regardant lui dit : viens. Je le prends par la main et l'entraine dans la salle de bains et le déshabille sans rien dire. Une fois qu'il est nu, je l'entraine sous la douche bien chaude, le colle contre le carrelage et le lave des pieds à la tête. Il me regarde avec un regard un peu triste et ouvre la bouche pour parler - Ne dis rien Aziz, j'ai compris que t'étais pas d'humeur, voire même un peu triste, laisse moi m'occuper de toi. Un petit sourire s'affiche sur ses lèvres. Je continue à le laver, m'attarde sur son torse poilu, ses aisselles, ses pecs, son ventre, puis mes mains descendent sur sa grosse bite arabe, ses couilles pleines de jus, ses cuisses, ses mollets, ses pieds puis je le retourne, frotte son dos énergiquement, ses épaules, il gémit mais ne dis toujours rien. Je descend lentement sur son corps puissant et musclé. Malaxe ses fesses rebondies, passe ma main dans sa raie, la savonne et titille son trou serré de mâle. Puis j'allume le pommeau en pluie et le rince en passant mes mains partout, je le prends par la main, le fais sortir de la douche, le sèche et l'emmène dans la chambre, j'ouvre le lit le regarde et lui dis : écoute Aziz, tu vas rêver un peu, tu en as besoin et je vais te laisser rêver seul. Si tu as besoin de moi, je suis sur le canapé du salon, repose toi et vide toi la tête. Il s'allonge en me regardant, je l'embrasse sur la bouche et je sors en fermant la porte. Installé dans le salon devant la tv je somnole un peu mais commence à cogiter pas mal, peur qu'il me laisse et qu'il retourne chez sa femme... Les larmes me montent aux yeux et j'essaie de penser à autre chose. Je me roule un bedot et le fume direct. Suis un peu défoncé et je finis par m'endormir devant la tv, à poil sur le plaid. Vers 3h du mat, je me réveille en sursaut, je me lève et vais direct voir s'il dort. Il est allongé dans le noir et j'entends sa respiration tranquille. Il a l'air plus serein, du coup je retourne au canapé, éteint la tv et la lumière et regarde les lumières de la ville à travers ma fenêtre. Je me rendors vite puis je sens une main chaude me caresser le corps qui est un peu froid pour être resté sur le plaid. J'ouvre les yeux, je vois Aziz à poil accroupi prêt du canapé entrain de me caresser doucement. J'ouvre la bouche pour parler mais il me mets son doigt sur la bouche pour que je me taise, il m'allonge sur le canapé et commence à m'embrasser sur les lèvres puis sa bouche descend sur mon cou, mes épaules, mon torse. Il me mordille les tétons ce qui me fait gémir direct, puis il descend sur mon ventre et me retourne d'un coup. Je sens sa bouche sur mes épaules, puis sa langue descend le long de mon dos jusqu'à la naissance de mes fesses. Je couine doucement la tête enfouie dans les coussins. Mon rebeu me met ses deux mains puissantes sur mes fesses pour les écarter doucement, il mordille mes fesses bien fermes et je sens sa langue parcourir la raie de mon cul et se poser sur mon trou serré qu'il bouffe goulument. Je suis dans un état second et me laisse aller complètement à lui et à cette sensation chaude et humide. Je remue instinctivement les fesses et les soulève un peu pour lui faciliter la tache. Aziz me doigte en même temps qu'il me bouffe la chatte, il a mis trois doigts bien profond et me baise avec. Je kiffe et je gémis en remuant ma croupe. Il me fait mettre ensuite à genoux sur le canapé, se place derrière moi, je sens son gros gland se poser sur mon cul ouvert et il m'encule d'un coup avec sa grosse bite arabe pour s'enfoncer au fond de moi sans ménagement. Je pousse un long gémissement de kiffe et de douleur mêlé. Aziz ne dit rien, je l'entends juste grogner et gémir en accélérant le rythme. Ses couilles claquent contre mes fesses et je couine comme je l'ai jamais fait, mon cul se cambre seul sur sa grosse bite d'arabe bien raide, je suis grave ouvert et le plaisir de le sentir en moi me baiser de cette façon me fait tout oublier. Je réponds à chacun de ses assauts par des petits cris et des gémissements qui semblent bien le chauffer, il m'attrape fermement les hanches et me fait la misère. Il me fait tourner dans tous les sens, dans toutes les positions. Pour finir, il me mets face à lui jambes écartées et s'enfonce encore en moi avec sa grosse bite d’arabe. Je sens sa bite m'écarter la chatte, il me baise puissamment en râlant comme un boudin puis d'un coup il se raidit et remplit ma chatte d'un vrai flot de sperme. Y en a tellement que j'ai l'impression qu'il se vide carrément en moi, je resserre ma chatte pour bien me faire doser en gémissant comme une pute, lui s'écroule sur moi et mes bras viennent l'entourer et je lui caresse ses cheveux bouclés. Il reste en moi un bon moment et je sens sa grosse bite débander doucement puis sortir de mon trou, il s'allonge près de moi, la tête enfouie dans mon torse et tout en le caressant doucement, je dépose un baiser sur sa tête. Plus tard je soulève un peu la tête et je vois qu'il s'est endormi. La suite la prochaine fois. Franck