Histoires de sexe

Histoires de sexe écrites par des clients

Rebeu Nabil et céfran du métro
Histoire gay publiée le 10/02/2020
Wesh cousin, moi c'est Nabil, bogoss rebeu de 23 ans d'une cité du 94. 1m80 pour 75kg de muscle, 100% produit Dz, qualité comme au bled ma gueule ! un jour comme ça j'avais une livraison à faire à un fréro dans une cité du 93. Je prends mon scooter pépère, je roule trankil oklm, j'arrive sur le périph et là bim, la panne. Ya nik zebi wesh ! J'appelle le fréro Walid pour le prévenir de mon retard et je fonce dans le métro. Déjà sur le quai y'a des keumés frais qui me matent. Normal wesh, je suis rebeu, vrai de vrai lascar algérien, musclé, bien monté, on voit bien ma sur mon survet, tous les cefrans que je croise je les laisse pas indifférents hé hé ! Le métro arrive, je monte et je capte direct un pti lascar cefran, un pti bogoss viril mais tu sens direct qu'il kiffe la bite de rebeu. Je me dis ''toi, je te veux et je t'aurais''. Donc je me pose en face de lui. J'écarte les jambes, posé bien en face de lui, et je le regarde dans les yeux en lui faisant des petits clins d’œil. Il est tout gêné le cefran mais tu sens qu'il mouille déjà. ''Je t'ai cramé mec tkt !!!'' je me dis en rigolant. On arrive à une station près d'un chantier du côté de Barbès. Je connais bien ce tiékar, j'ai plein de couz rebeux là-bas. Je me lève et je sors du métro en regardant bien le cefran et en me caressant ma grosse en mode scred mais assez visible pour que le cefran le capte. Il me regarde, il se lève, et il me suit. Là je me dis ''c'est carré, il est pour moi lui''.

Je sais qu'à cette heure-ci le chantier est fermé et que y'a personne qui surveille. Je vérifie qu'il me suit et je rentre dans le bâtiment en construction. Le cefran hésite un peu mais finit par me suivre. Je me cale dans un coin, j'allume une clope et là le cefran arrive. Je le chope par la nuque et je lui colle la tête sur mon survet. Il est docile le mec, il a compris direct et il s'est mis à genoux à me sniffer la teub à travers mon lacoste bien serré. Il sait où est sa place cette grosse kharba, aux pieds des rebeux. Je sens ma teub qui durcit et le cefran qui se chauffe de plus en plus. Elle commence à gémir la pute. ''Tu kiffes les rebeux mec ? Tu vas prendre cher ma gueule !!!'' Je sors mon zgeg de mon survet.

Mes 23 centimètres sont bien bien durs là. Le cefran gobe mon gros gland circoncis et commence à me biberonner. Putain cette bouche wesh !!! les cefrans c'est des putains de pompeurs !!! Avec mes mains je lui bloque sa tête et je le puissance à tout gober. Il s'éssouffle sur ma bite qui tape au fond de sa gorge. Je la ressors et je le biffle avec. Il se prend des gros coups de teub sur sa gueule et il kiffe de ouf. Je lui fait me bouffer mes grosses couilles puis je le repousse et il tombe à la renverse. Ah la pute wesh !!! ''T'as voulu jouer ? Je vais te faire gueuler moi. Tu vas savoir ce que c'est que la puissance Dz !!! Je lui crache à la gueule, un bon mollard. Il gémit et il se lèche le visage pour tout avaler. ''Allez relève toi sale pute et donne-moi ton boul wesh !'' Il me regarde avec son regard qui réclame de la teub et commence à ouvrir son jean moulant. Là je le vois le descendre et me montrer son cul tout blanc et bien musclé. Un vrai boule de mec comme je kiffe. ''Mais putain tu vas morfler toi, je vais te faire du sale ! Tu vas être pire que ma meuf là !'' J'ai toujours des capotes dans ma sacoche. Normal, au cas où y'aurait de la lopsa cefran à déboîter avec ma bonne teub de rebeu de téci. Je me la mets trkl et je vois le cefran devant moi le cul cambré en train de se doigter la chatte et gémissant...

Là je me dis ''mais sale pute je vais te défoncer...'' Je pose mon gros gland circoncis sur son petit trou poilu. Mes 26 x 5 cm ne demandent qu'à lui casser sa chatte de cefran. Je commence à rentrer mon gland. Sa chatte s'ouvre d'un coup. Le cefran frémit et gémit. Et moi une lopsa qui gémit ça me rend ouf, ça m'excite grave. Le keumé est tout serré. Je kiffe ce genre de culs. Je rentre mon gros zeub de rebeu tout doucement dans son boul de mec. Ça y est, je suis au fond. Le cefran pousse des cris bien graves, il est en total kiff. En entier, je ressors, je re-rentre... Des-va-et-viens doucement, régulièrement, et je sens sa chatte qui s'ouvre. Le cefran continue à gmir, il remus son boul et il vient lui-même s'empaler sur ma queue. Putain, elle en veut cette chienne. Tu veux de la bite ? Bah tiens ! Et là pam-pam-pam je le déboîte. Il se met à gémir de plus en plus fort, limite à gueuler, et de plus en plus aigu. ''Mais wesh ferme ta gueule sale pute, tu vas rameuter tout le quartier !!!'' et je lui mets ma main sur sa bouche pour éssouffler ses cris de chienne.

Ma teub lui déchire sa chatte et mes bonnes couilles pleines de jus lui tapent son cul de lopsa. En plus de mes gros coups de rein puissants je lui mets des bonnes fessées sur son cul. Et à chaque fois il se raidit et pousse un cri aigu. ''Tu kiffes hein ???'' je lui sors. Et il gémit encore et encore et je le défonce. Il se met à me lécher ma main que je garde sa bouche. Je sens qu'il commence à avoir mal. Ben ouai normal, faut vraiment être une pure lopsa de compet pour encaisser ma grosse teub circoncise de rebeu sans broncher. Il me dit ''arrête, j'ai mal''. ''Nan mec, je peux pas, je vais cracher''. Je sens mon jus qui monte et là c'est moi qui me met à gémir, des vrais gémissements de mâle. Je jouis, je crache et je sens mon jus de rebeu qui remplit la capote. Une semaine que j'avais pas craché !!! Je lui donne 2-3 bons coups de rein histoire de bien le terminer, le cefran. Je me retire, j'enlève la capote et je la jette par terre avec les mouchoirs que j'ai utilisé pour tout essuyer. Ça fera une surprise pour les gars du chantier demain mdr. Je range ma teub dans mon boxer et mon survet et je laisse le cefran sur place qui se rhabille doucement, le regard encore plein d'étincelles de ce qui a été visiblement sa meilleure baise.

Normal wesh, c'est nous les rebeux les meilleurs nikeurs !!! En retournant vers la sortie du chantier je croise un couz qui termine de s'essuyer sa teub et qui se rhabille aussi. En voyant du jus à ses pieds je devine qu'il m'a matté en train de défoncer le cefran et qu'il a bien branlé ses 20 x 4 cm. ''Wesh fréro'' je lui dit en lui faisant un pti clin d’œil. ''Wesh bien ma gueule ?'' il me répond avec un autre clin d’œil. Je repars vers le métro et j'appelle mon fréro : ''ma gueule, je suis en retard mais tkt j'arrive''. ''Mais qu'est ce que t'as foutu ma gueule ?'' ''Rien tkt, je me suis occupé d'un cefran en chemin, tu connais poto.'' ''Si si !'' il me répond avec une voix amusée. Il avait compris...