Histoires de sexe

Histoires de sexe écrites par des clients

La communion
Histoire gay publiée le 27/04/2020
Après l’aventure où mon mari m’avait offert à Mehdi qui avait invité son pote Said, Mehdi m’avait obligé à lui donner mon numéro de téléphone. Le soir après avoir été baisé par ces deux étalons et au moment où nous passions une soirée télévision agréable avec mon mari, je reçu un texto. Il venait d’un certain Ahmed et il disait ceci : « Salut mon gars ou je devrais plutôt dire ma belle pute, j’ai su par Mehdi que ce con avait pris du bon temps avec ta chatte sans m’en parler. J’en ai été énervé. Du coup je lui ai dit de me passer ton téléphone et maintenant je te dis ce qui va se passer. Ce soir quand tu iras te coucher, assure toi que ta chatte soit bien propre et ne ferme pas ta porte à clef. N’en parle pas à ton mari, ça va m’exciter de te faire ta fête pendant qu’il dort à côté. Pour le reste, fais moi confiance, tu vas charger... ». Était joint à ce texto des photos de lui a poil, bite bien raide au garde à vous et une autre où il était en train de baiser un cefran. A la fois excité et inquiet, ma queue réagit tout de même à ce message. A la fin du film, je prétextais aller au toilette, pour me préparer et j’en profitais aussi pour laisser la porte ouverte. J’eu du mal à m’endormir et je me réveillais plusieurs fois dans la nuit. C’est vers 6h du matin que j’entendus la porte d’entrée s’ouvrir et j’entendais monter dans les escaliers. J’étais entre excitation et inquiétude. Pour l’accueillir au mieux je m’étais mis sur le flanc gauche. Nous étions fin juin, le jour était déjà levé et la lumière éclairait légèrement la chambre à travers les interstices des volets. Je le vis arriver pieds nus et sans attendre il s’approcha de ma tête pour me mettre son paquet dans la gueule. Le short sentait la sueur, la pisse et le sperme encore chaud. Ces odeurs de mâle en rut m’excitait encore plus. Une fois bien raide, il s’approcha de ma tête et me dit. Nettoie bien ma queue, je viens de niquer et je n’ai pas nettoyé ma queue sachant que tu le ferais. Il baissa alors son short et m’offrit son manche sur lequel restait du sperme humide et séché. J’ouvris la bouche et commençais à entreprendre mon travail de suceuse nettoyeuse. A la faible lumière qui éclairait la chambre je devinais, son visage à la fois doux et agressif, son corps musculeux, laissant apparaître un torse immense et des abdos secs et parfaitement dessiné. Du haut je pense de ses 18 ans, il mesurait 1m80. Je gobais donc son gland, où je sentais des odeurs pas toujours des plus agréables et il prit l’initiative et s’enfonça dans ma bouche. Je levais les yeux et je vis qu’il se pinçait les lèvres pour cacher les gémissements qu’il aurait exprimé si mon mari ne rêvait pas à côté. Cette situation dura bien 5 minutes puis il se mit à genou, m’embrassa, glissa sa main sous la couette et vint la poser sur ma queue bien raide. Il dit « je voie que la petite pute est bien excité ». Il avait au préalable bien humidifié sa main et il commença à me branler en portant une attention particulière sur le haut de ma queue et mon gland. J’étais aux anges. Il se pencha vers moi et dit « tu aimes, tu sais je sais être macho et dominant mais aussi très doux pour que mes lopes redemandent ma queue ». Si jeune et il savait si bien faire. Qui donc l’avait éduqué ? Il m’embrassa et glissa sa tête sous la couette et posa sa bouche à la place de ses mains sur ma queue. Il s’en suivit une pipe magistrale ou je frissonnait comme un fou. Comprenant que j’étais limite, il me laissait souffler et il reprenait de plus belle. C’était l’extase. Ne pouvant exprimer mon plaisir je me tortillais dans tous les sens sur la couche. Il me regarda, sourit et remonta le long de mon corps en m’embrassant et me léchant. Il posa ses lèvres sur les miennes, ses bras puissant de chaque côté de mes épaules, j’écartais mes cuisses pour qu’il puisse glisser son sexe long et épais contre le mien. Il m’embrassa longuement et frottait également son sexe contre le mien dans un mouvement délicat de bassin nous procurant un plaisir réciproque. Il quitta mes lèvres et glissa délicatement vers mon cou où il m’embrassa. Pour éviter de m’écraser, il s’appuyait sur ses bras. Je me dégageais un peu et décidait d’explorer ce corps qui me procurait tant de plaisir. Je sentais déjà la puissance de ce corps si jeune et si bien fait. Son torse si développé se frottait délicatement contre le lien. Je mis mes bras autour de sa taille et je remontais pour explorer son dos. Au fur et à mesure que je remontais et à chacun de ses mouvements je ressentais ses muscles dorsaux se contractaient et confirmaient sa puissance. Une fois à hauteur de son cou je descendis le long de ses bras puissants et ne pu empêcher de tâter ses biceps et triceps. Il me chuchota à l’oreille « ça te plais ce que tu touches ». Voyant mon mari endormi il me dit « il est bien monte aussi, tu dois bien dois t’éclater aussi ». Je ne pus qu’acquiescer d’un geste de ma tête. Nous reprîmes nos baisers langoureux et je levais légèrement mon bassin pour que sa bite se glisse vers la chatte. Il me dit « tu es gourmande » et il ne se fit pas prier. Puis il descendit le long de mon corps tout doucement en me léchant à nouveau de partout pour finir sur ma queue, mes bourses et il commença à me travailler la chatte avec sa longue langue et ses doigts. Il me regarda, regarda mon mari et mis son index sur sa bouche pour me dire de ne pas le réveiller. Il continua son travail. Une fois bien ouvert il mouilla son sexe avec sa salive et il commença à me pénétrer. La position était très bandantes, moi les jambes écarter lui a genoux avec sa bite entre mes fesses me défonçant la chatte et sa main droite sur ma bite à me masturber et me sucer. Il me donnait autant de plaisir que ce qu’il en prenait. Nous étions dans une véritable communion. Il se coucha sur moi tout en me prenant et il me susurrait à l’oreille en vue de décupler nos sensations. Il m’embrassa tout en accélérant ses vas et viens. Mes mains autour de ses épaules descendirent sur ses bras musclés et je les sentis se contractaient. Il bascula sa tête en arrière et je sentis qu’il était entrain de se vider dans mes entrailles. Il se redressa et me branla délicatement mais aussi ardemment et je joui également dans ses mains. Il porta ma semence à sa bouche ne laissant rien perdre, il m’embrassa et nous échangeâmes ce fluide chaud. Il se retira, mon cul rejeta son sperme et il fit de même avec le sien. Nous échangeâmes à nouveau nos fluides corporels dans un profond baiser. Mon mari rêvait toujours à côté. Pensant que c’était fini, je le vis reculer mais qu’elle ne fut pas surprise quand il se dirigea de l’autre côté du lit qu’il glissa sa queue dégoulinantes de sperme entre les lèvres de la bouche de mon mari. Il me regardait avec un regard malicieux et vicieux. Mon mari se réveilla, compris rapidement ce qui se passait et se jetta sur le bel Ahmed qui était toujours en forme et ils firent l’amour pendant que je les regardais avec passion et envie. Une fois fini, Ahmed dit la prochaine fois, on fera un joli trio. Pour être si doué, il ne devait qu’être qu’homosexuel car il était différent de Mehdi ou Said.