Histoires de sexe

Histoires de sexe écrites par des clients

Gang the fag
Histoire gay publiée le 07/02/2022
Ma vie de vide-couilles 6 J'ai raconté il y a quelque temps comment Mehdi et son cousin Rachid m'ont mis au taff : vraie pute en manque, je sers de dégorgeoir aux mecs en manque du quartier, et ils font leur benef' avec mon cul. Mais comme je me suis fait baiser gratos (on est lope ou on ne l'est pas!) et ils ont fini par s'en rendre compte. Depuis, je suis à l'amende et sous contrôle. La première semaine de reprise en main a été rude: ils m'ont mis à l'abattage pour me mater. Ils m'ont couché sur mon lit, la tête débordant un peu, puis attaché les bras et les jambes. Je sais pas trop comment ils ont organisé les choses, mais ils m'ont envoyé un nombre incroyable de mecs qui sont venus se vider dans ma gorge : tête renversée, t'as qu'à ouvrir grand la bouche et encaisser. C'est ce que j'ai fait. Bon, j'avoue, j'aime ça: d'abord, tu sens bien que le mec peut pas te bourrer la gueule plus profond que dans cette position là, vu que le nez fait pas barrage: les couilles touchent sur le menton, le gland va derrière la glotte. Et puis la purée part direct au fond de la gorge. J'aime bien me faire éssouffler comme une bonne pute, mode "gag the fag', et là j'ai été bien servi. Y a un mec, en particulier, une bite bien longue, qui m'a limé la gorge à fond avec une méthode bien à lui. "tête moi le gland", il me dit: je biberonne, j'aspire, je tourne la langue autour du gland circoncis, il se laisse faire en pacha et sans prévenir, une fois qu'il est bien dur, il pilonne très fort avec une grande amplitude, mais en restant bien longtemps au fond; puis au moment où il est près de jouir, il sort, se refait téter doucement, avant de recommencer. Sa bite faisait au moins 20 centimètres, et elle était bien épaisse. Il finit par juter tellement fort que j'arrive pas à tout avaler. Mais je suis attaché, alors je lèche comme je peux ce qui déborde. Il me dit "t'es vraiment une bonne bouche, je reviendrai tester ton cul quand tu seras matée". Le mec après lui est sympa, il me dit : je vais t'essuyer, t'as vraiment plein de jus partout. C'est vrai que comme j'ai vidé au moins 10 mecs en une demi-matinée (je pense 3 par heure environ), mon gosier est bien lubrifié. Plusieurs mecs disent d'ailleurs: "putain ça glisse, on dirait vraiment une chatte ta bouche". Et du coup ils se défoulent vraiment fort. Le mec qui m'essuie la gueule plein de jus est quand même un vicieux: lui, c'est les boules que je dois gober, à m'éssouffler. Je tourne ma langue autour de ses couilles poilues, je mordille et il se branle en même temps, jusqu'à inonder mon torse; et là il se barre en me disant : "débrouille-toi avec le suivant". Entre le poppers et le sperme, ça commence vraiment à sentir le bordel dans ma chambre. Ma chatte buccale est bien remplie, mais mon cul est frustré, et j'ai pas pu me branler de la journée. Heureusement, Mehdi arrive pour me dire que 12 mecs ça suffit, et il me détacher: je le supplie de me prendre le cul, j'ai trop envie de jouir par là aussi. Il me dit "tu préfères rester attaché tête renversée demain ou je te détache et tu feras tout ce qu'on te dit?" Je promets d'obéir, de faire tout ce que lui et son cousin voudront. Il me dit OK, "je te détache, viens t'empaler sur ma bite, ce sera ta récompense du jour. Mais demain, attention, nouveau programme"... Je me suis joui dessus très vite. La suite bientôt.