Histoires de sexe

Histoires de sexe écrites par des clients

J'arrivais plus à bander
Histoire gay publiée le 08/12/2022
Salut c'est Alex le vieux. Je vais vous raconter comment j'ai appris à me satisfaire de me faire baiser sans jouir. Je venais juste d'avoir 50 ans quand je me suis aperçu que d'un coup j'arrivais plus à bander et encore moins à juter ! Moi qui était un bon jouisseur du Q et bandais sec quand on me sodomisait et qui jutait sans me toucher, ni me faire toucher quand je sentais qu'on me fécondais ! J'avais beau regarder des pornos hard et me tripoter la nouille elle restait molle sans rien émettre ... Il fallait faire quelque chose : à 50 ans c'était trop tôt pour prendre ma retraite sexuelle... Je finis par me décider de me connecter à une appli avec le pseudo "Q pour touze" J'attendis 3 bonnes heures et j'allais me déconnecter quand un certain Kamel me demande de me décrire. Je suis honnête et je lui dis que je bande plus et il répond qu'il s'en fout... Il est intéressé car il a une soirée entre pote et me donne RV dans une cave d'une cité voisine. Bon j'avoue que j'avais un peu les chocottes d'y aller à 2H du mat, mais je me suis dis que c'était l'occasion idéale de rééduquer ma jouissance du Q, surtout que les beurs m'excitent un max, alors j'y vais... Et en prévision de ce qui m'attend je mets juste un short sans rien dessous et une chemise ouverte sur mon torse (il est vrai qu'on été en pleine canicule). Je rentre dans la cité pas trés rassuré et trouve le bloc du RV. Là un beur, genre 25 ans en short et torse-nu, m'attendais et me fait descendre dans les caves avec une avec un matelas où se trouvais 5 autres beurs du même âges, torses nu et en short eux aussi. Là ils me font foutre à poils, me prennent mes fringues Puis ils m'ordonnent de me mettre à genoux et me mettent une paire de menottes, mains dans le dos. Alors ils virent tous leurs shorts et je vois de suite qu'ils sont tous TBM ... et excité car déjà demis raides ! Mais le pire c'est Kamel qui fait au moins 25*7 ! Bon, vu que je suis à genoux je comprends de suite que je vais devoir tous les sucer, juste j'espère qu'ils auront assez de peps et de jus pour me sodo après ! Surtout Kamel... Kamel, qui semble bien être le chef, passe en 1° et cherche vite a me niker la gueule en m'enfonçant sa bitte jusqu'aux poils du pubis. J'ai du mal à tout avaler alors il me baffe, et fort ! Alors je m'ouvre bien pour lui et, assez vite j sens son foutre acre m'inonder les amygdales. Bien sûr j'ai compris que je dois tout avaler ... Alors ses potes défilent à tour de rôle et imitent leurs leaders bruyamment et je suis complètement gavé de foutres ... Je suis trés excité, mais je n'ai même pas bandé, mais eux 'en foutent et s'assoient en fumant et en parlant de moi comme si je n'étais pas là en disant que "pour son âge c'est une bonne lope" ... En attendant je suis toujours à poils menotté et c'est eux qui ont mes fringues : il va donc y avoir une suite ... que j'attends à la fois avec impatience et en la redoutant ! En effet jusque là j'étais habitué à ce que l'on me baize en douceur, presque avec tendresse et là je sens que ça va être tout l'inverse ! Je n'ai pas trop à attendre car Kamel se lève m'enlève les menottes et me remenotte par derrière les mains au niveau du cou puis il me fait mettre sur le dos en me donnant un coup de pieds pour que ça aille plus vite. Puis il me fait relever les jambes et 2 de ses potes me tiennent les pieds bien écartés pour que mes cuisses soient bien ouvertes et mon Q bien offert. Et Kamel s'approche et se couche au-dessus moi, son énorme zob bien raide. Là j'ai peur ! Et j'ai raison, car, sans aucune préparation, il pose sa bitte sur mon anus sensible et puissance le passage de son gland à peine humide et d'un coup il me déchire l'anneau en s'enfonçant jusqu'au couilles ! Je hurle, mais ses potes me tiennent bien les pieds et Kamel me saisit par le cou en disant "ta gueule la pute !" et il commence un limage énergique. J'ai pas le choix je dois subir jusqu'à ce qu'il se retire ce qui ne sera pas avant qu'il ait juté ai-je bien compris ! Alors j'essaye de me détendre et de me concentrer sur les sensations venues de mon cul en essayant de l'ouvrir au maximum pour mon mâle... et finalement j'apprécie bien de me sentir remplie par cette grosse bite ... même si la mienne reste obstinément molle. Je sens enfin l'éjaculation de Kamel en moi et j'en suis satisfait, même mou et sans jouir du cul ... J'en serai bien resté là, mais bien sûr les potes de Kamel n'étaient pas de cet avis et ils défilèrent chacun dans mon cul, cherchant à imiter la rudesse de leur chef sans vraiment y arriver et mêlant leurs foutres au sien. Finalement ce défilé a été assez agréable, même si je bandais toujours pas... Je pensais que c'était fini mais Kamel, aux couilles décidément intarissables, voulut me monter de nouveau et cette fois , comme j'étais bien ouvert(e) par sa première saillie et le passage des autres il entra sans trop inviter et moi je m'offris à lui en gémissant "oui, oui..." alors il me dit méchamment "chut la pute" et je me tus. Il me lima encore plus longtemps que la 1° fois et finit par exploser dans un orgasme d'enfer et j'ai ai été fier que ce soit dans mon cul, même si je n'en jouis pas, contrairement à avant mon anniversaire.... Cette fois c'était fini me dis-je car ils remirent leurs shorts pour fumer de nouveau, tout en parlant de moi, toujours nu et menotté, commentant mon cul "encore serré pour son âge" et Kamel conclut : "en plus elle bande pas et jute pas : c'est bien car c'est plus propre en plus une pute a pas besoin de jouir, elle doit satisfaire les vrais mecs c'est ça qui doit la satisfaire : bien se donner !". Ceci dit il me libérèrent les mains et me rendirent mon short et mes sandales, mais pas ma chemise ( je ne sais pas pourquoi) mais quand je voulus me relever un flot de foutres coula sur mes cuisses de mon cul mal fermé : j'eus honte mais il rigolèrent et je dus me satisfaire de les avoirs amusés . Je rentris chez moi, le short trempé des foutres qui coulaient encore, le plus discrètement possible, encore que le jour se levait déjà, en pensant à ma nuit et à ce qu'avait dit Kamel : oui, maintenant que je suis mou de la queue je dois apprendre à me satisfaire exclusivement de savoir que je permets au Vrais Mecs de prendre leurs plaisir en moi et que ça soit ça ma raison de vivre ...