Histoires de sexe

Histoires de sexe écrites par des clients

Jeune livreur rebeu
Histoire gay publiée le 31/08/2023
Vendredi dernier, j'étais posé tranquille sur le canapé. La semaine avait été longue, j'étais complètement claqué. Il était 22h, j'avais la main dans mon survet et je me caressais. Un bon moment de détente. A ce moment j'entends un bruit de voiture dehors, une portière qui claque et on sonne à ma porte. Je me demande qui c'est, vu que j'attends personne. J'ouvre et je vois un petit minet rebeu, avec un putain de regard noir et des lèvres un peu pulpeuses. C'était le livreur. Il me dit qu'il est désolé pour l'heure tardive, que c'est son premier jour et qu'il a mal géré sa tournée. J'avais une putain de trique, et il arretait pas de mater la bosse... J'étais un peu furax d'avoir été interrompu, mais bon... "Il te reste beaucoup de colis à déposer mec ?" Il me répond que je suis le dernier de sa journée, et qu'il était temps parce qu'il reprend à 7h le lendemain. Il me souhaite une bonne soirée et se tire après avoir maté une dernière fois mon paquet. J'ai vu que le sien commençait à gonfler aussi. "Pars pas comme ça, va couper le moteur de ton fourgon et viens vite fait." Pas besoin d'insister. Il est rentré et s'est mis direct à genoux pour me sucer. Je l'ai laissé faire, j'étais en mode pacha sur le canapé, il me titillait le gland du bout de la langue et me palpait bien les couilles. Je l'ai ramené sur moi et je lui ai roulé une grosse pelle... "Sors ta queue je vais te la pomper aussi." Il avait un chibre énorme, pas très long, dans les 16cm, mais je crois que j'en ai jamais vu d'aussi large. J'ai eu du mal à le prendre en bouche mais il a eu l'air de bien kiffer. Il a commencé à me prendre la tete pour me baiser la bouche, mais je l'ai arreté direct. Ici je suis le boss alors tu vas te détendre. Il a vite compris, a retiré sa teub de ma bouche et s'est mis debout contre le mur, dos à moi. Il me présentait son cul, comment refusé. Je me suis mis à genoux pour lui écarter les fesses et passer ma langue... Il avait un petit cul bien ferme, un peu poilu. Un vrai mâle viril sous ses allures de petit minet. Après quelques doigts, il m'a dit d'y aller sans pitié. Pas besoin de répéter. J'ai enfoncé mon dard dans son trou et je me suis plaqué contre lui. Je suis resté immobile en le serrant fort contre moi le temps qu'il s'habitue puis j'ai commencé à le limer de plus en plus fort. Il couinait, je lui ai mis la main sur la bouche pour le faire taire. J'ai continué à le baiser en lui claquant le cul de plus en plus fort. Il a pris une de mes mains pour la mettre sur sa queue. Je la sentais devenir de plus en plus raide à chaque coup de rein. Au bout d'un moment il a giclé une quantité énorme de foutre. Il en a pas fallu plus pour que je remplisse la capote aussi... Je me suis retiré, on s'est roulé des grosses pelles. Je crois qu'il va garder mes colis pour la fin de sa tournée la prochaine fois encore...