Histoires de sexe

Histoires de sexe écrites par des clients

2 beaux gosses et 2 bonnes queues
Histoire gay publiée le 23/01/2024
Arrivés devant le box, je l'ouvre et place un matelas par terre que je garde dans ce garage, à l'occasion. Et l'occasion m'arrive aujourd'hui. A peine le moteur coupé, Kamel sort de la voiture, j'entends le son de la descente de braguette, ce son que nous, les salopes, aimons par-dessus tout entendre. A peine arrivé à ma hauteur, il me prend la tête par les cheveux et enfourne son gland directement au fond de ma gorge. Je ne peux déjà plus respirer, pris par surprise par la taille de cette queue, et la rapidité par laquelle il m'a pris la bouche. Il me laisse alors quelques secondes de répit pour de nouveau enfourner son long et gros zob au fond de ma gorge. Un zob circoncis. Il répète la manœuvre à plusieurs reprises avant de se calmer. Il se met alors tranquillement à me biffler avec sa grosse queue. Après quelques secondes de ce traitement qui me fait vraiment me sentir humilié, il me fait ouvrir la bouche et me crache à la gueule. « -Avale trainée. -Oui Maître. » Il l'avait dit, dans ce garage sale et lugubre, sur un matelas presque moisi, à la lueur d'une lampe accrochée au plafond, je ne suis plus qu'une trainée. Et j'aime ça parce que je bande. Cette situation m'excite. Je garde quand même un peu de salive pour reprendre ce vit en bouche et je mets tout mon cœur dans cette pipe, pour montrer à mon Maître que je le vénère. Alors que je suis encore à genoux, plein de salive autour de mes lèvres, quasiment à poil, j'entends du bruit sur la gauche. Je demande alors à mon Maître de nous cacher un peu. Mais il ne veux pas. J'étais sa chose, et je dois faire tout ce qu'il me dit. Des bruits de pas se rapprochent petit à petit de nous, et j'aperçois alors la silhouette de … non pas lui … Alexis. J'ai connu Alexis au collège. Grand, fin, brun, la peau bronzée comme il faut, des abdos bien dessinés, une peau imberbe lisse et un petit cul bien moulé dans des vêtements toujours à la mode. Il avait un an de moins que moi mais il m'inspirait la peur et la soumission à cette époque. Et c'était loin d'avoir changé dans la situation que je vivais actuellement. J'avais suivi son parcours en le stalkant un peu sur les réseaux sociaux au fur et à mesure des années. Je me faisais dans ces moment-là des séances de branlettes incroyables ! Enfin bref, je ne le connais que de vue, et ne lui ai quasiment jamais adressé la parole. Je le vois qui continue son chemin vers nous, en se parlant à lui même. « Mais c'est bien une petite chienne en manque de bite que j'entends par ici. Je vais lui donner le biberon pour qu'elle ferme sa gueule. » Je vois alors sous son survet gris une bosse se former. Il attend d'être sous mon nez pour sortir son engin qui me biffle le menton et le nez avant de se poser tout contre son torse imberbe, fièrement tendu. J'avais alors 2 queues à ma disposition. Un zob d'arabe long, veineux et très épais à ma gauche, et une bonne bite d'un twink imberbe musclé, très longue mais fine à ma droite. Toujours à genoux, je me lance un défi et suce les 2 queues pour les faire venir rapidement. Je ne sais pas ce que je fais ici, je me sens sale tout d'un coup. J'ai quand même une boule au ventre d'excitation, et le fait de pouvoir là, dans cet endroit sinistre, avec 2 beaux gosses et 2 bonnes queues assouvir l'un de mes fantasmes, tout ça prend le pas sur mon dégoût. Je bande à m'en faire mal et je suis fortement excité par ces jolies queues qui me veulent. Alexis fait un pas en retrait et se questionne : « -Mais je te connais toi, t'étais au collège *** ? -Heu oui -Mais t'as quel âge ? -25 -Ah oui tu étais un an au-dessus de moi, je vois bien qui tu es… -Quoi ? -Ben tout le monde pensait que t'étais PD mais personne voulait le dire tout haut. Et là je te retrouve dans ce garage, à genoux, a te faire cracher dessus et à devoir sucer la queue d'un rebeu. Mais ça se voyait que t'aimais la queue déjà à l'époque. Du coup vas-y suce moi bien. » Alors que je mets du cœur à l'ouvrage, je ne sens plus qu'une bite devant moi. Quand j'ouvre alors les yeux, je n'ai plus Kamel dans mon champ de vision. Et pour cause, quelques secondes après je sens un doigt s'insinuer dans mon anus. Je suis vierge de ce côté car je n'ai encore jamais été sodomisé, mais l'atmosphère et ces 2 queues me font me sentir salope, j'ai envie d'être possédée par une queue, et pourquoi pas deux…